Close

Conseils d'experts

Derniers Posts

Recommandations du Dr Thierry Grisard
« Pour améliorer l’efficacité du traitement et prévenir les récidives, il est impératif de mettre en place un...
le juin 10, 2019 | par Dr Thierry Grisard
Etude scientifique confort digestif
Les chevaux en travail intense sont particulièrement exposés aux risques d’ulcères gastriques.
le juin 10, 2019 | par Équipe Lambey
Recommandations du Dr Emmanuelle Van Erck
« Plus l'organisme est protégé par des anti-oxydants, plus le cheval sera armé contre les effets néfastes des...
le juin 9, 2019 | par Dr Emmanuelle Van Erck

Le sevrage du poulain

Posté le: mai 14, 2019 | Auteur: Équipe Lambey | Catégories: Croissance

L’alimentation, un facteur clé.

Le sevrage du poulain

Consommer des aliments concentrés, une bonne habitude pour le poulain.

Introduire progressivement des aliments concentrés quelques temps avant le sevrage est avantageux pour le poulain. Ainsi il aura déjà appris à les consommer le jour où il ne sera plus nourri par sa mère. Ceci permettra de prévenir un ralentissement de croissance consécutif au sevrage, si le poulain s’habituait mal à sa nouvelle alimentation.

L’énergie, un apport à limiter

Pour obtenir un athlète qui développera tout son potentiel génétique, il est conseillé de ne pas surcharger la ration en énergie durant la première année du poulain. Il faudrait plutôt la complémenter en minéraux et acides aminés essentiels. L’apport contrôlé d’un aliment complémentaire au fourrage, renforcé pour ces constituants, est alors tout à fait adapté.

Certains acides aminés et minéraux sont particulièrement importants

La ration du poulain doit être constituée d’un aliment concentré riche en Lysine et Méthionine. Ces deux acides aminés entrant dans la composition de certaines protéines, sont limitants de la croissance lorsqu’ils ne sont pas apportés en quantité suffisante. De même, des apports corrects en calcium, phosphore, magnésium et potassium sont une garantie supplémentaire pour la formation normale du squelette.

Coen et Geor, mars 2001, The Horse

Les poulains nourris avec du concentré ont émis moins de hennissements et montré un intérêt plus prononcé pour la nourriture

Dans le cadre d’une étude menée en 1993 aux Etats-Unis, des chercheurs ont étudié l’influence de l’apport d’un aliment concentré dans la ration lors de la période précédant le sevrage.

Des comparaisons de différents paramètres physiologiques et comportementaux du stress ont été effectuées sur un lot de poulains nourris uniquement avec du lait et des fourrages et sur un lot dont la ration comportait également un aliment concentré. Le taux de croissance ne semble pas être significativement différent entre les deux lots. En revanche, les chercheurs ont mis en évidence une influence positive de l’apport de concentrés sur les réponses au stress du sevrage. Ils pensent que ce bénéfice serait dû à une présence accrue de minéraux dans l’aliment par rapport aux fourrages.

La concentration sanguine en cortisol (indicateur de stress) était plus faible pour le lot nourri avec du concentré. Ces mêmes animaux ont également émis moins de hennissements et montré un intérêt plus prononcé pour la nourriture que les autres.

Hoffman, 1995, Journal of Animal Science,10

Une bonne alimentation permet de réduire le risque de maladies orthopédiques du développement.

Un excès d’énergie, un déséquilibre protéiques et/ou un mauvais apport de calcium et phosphore sont considérés comme prédisposant aux maladies orthopédiques du développement. L’excès d’énergie provoque une croissance trop rapide, les excès ou carences protéiques perturbent la matrice osseuse. Enfin, le ration calcium/phosphore est primordial puisque ces minéraux participent au processus de régulation de la minéralisation et donc de la solidité des os.

Vers une croissance optimale et régulière en ajustant individuellement l’alimentation

Les quantité d’aliments devant être distribuées au poulain dépend de différents facteurs. La race et le potentiel génétique de l’animal ont une influence sur sa croissance et sur ses besoins. Les objectifs à atteindre auront également des conséquences sur la façon de nourrir le poulain. Les chevaux qui deviendront des athlètes n’ont pas besoin d’une importante croissance trop jeune, à l’exception des chevaux de course. Le but est d’obtenir une croissance optimale et régulière, pas forcément maximale. En résumé, l’alimentation des poulains doit être ajustée individuellement. Un moyen aisé de surveiller la croissance du jeune est de contrôler son était physique. Le jeune doit rester  « mince ». Les côtes ne sont pas visibles mais sont facilement repérables au toucher. Pour en savoir plus sur l'estimation du poids de votre cheval, cliquez ici.

Dauren , 2001, Equinews,3

Introduire progressivement l’aliment concentré pour une bonne adaptation du tube digestif.

En ingérant très tôt de petites quantités d’aliment concentré, le poulain stimule son système digestif. Les enzymes digestives spécifiques de l’amidon (source d’énergie présente dans les céréales) entrent progressivement en action. A partir de trois ou quatre mois, le gros intestin du poulain a été suffisamment colonisé par une microflore pour lui permettre de digérer l’herbe et le foin.  Il devient alors de moins en moins dépendant du lait de sa mère. En effet, alors que sa capacité à bien digérer le lait diminue, sa capacité à digérer les aliments végétaux augmente.

Briggs, mai 1997, The Horse

Sevrage pratique

Il est important d’habituer très tôt le poulain à consommer un aliment concentré.

  1. Eviter une prise de poids excessive en limitant la quantité d’aliment distribué.
  2. Privilégier la distribution d’un aliment adapté aux besoins du poulain comme Master Poulain. 
  3. Master Poulain est un aliment floconné complémentaire de fourrage et de lait maternel pour poulains dès l’âge de six semaines jusqu’à la fin de la première année.
Close