Close

Conseils d'experts

Derniers Posts

Recommandations du Dr Thierry Grisard
« Pour améliorer l’efficacité du traitement et prévenir les récidives, il est impératif de mettre en place un...
le juin 10, 2019 | par Dr Thierry Grisard
Etude scientifique confort digestif
Les chevaux en travail intense sont particulièrement exposés aux risques d’ulcères gastriques.
le juin 10, 2019 | par Équipe Lambey
Recommandations du Dr Emmanuelle Van Erck
« Plus l'organisme est protégé par des anti-oxydants, plus le cheval sera armé contre les effets néfastes des...
le juin 9, 2019 | par Dr Emmanuelle Van Erck

Comprendre le stress du cheval

Posté le: mai 14, 2019 | Auteur: Équipe Lambey | Catégories: Comportement

Un stress excessif, à l’origine de la nervosité, peut conduire à des situations dangereuses pour le cheval et le cavalier.

Comprendre le stress du cheval

Un stress naturel

Le cheval est un animal grégaire et craintif. Dans son milieu naturel, il pâture en sur­veillant son environnement. En situation de stress, tout le corps se met en position de fuite. Certaines hormones telles que l’adrénaline et le cortisol, réorientent le métabolisme vers les fonctions musculaire, pulmonaire et cardiaque pour approvi­sionner les membres en oxygène et en énergie. La fréquence cardiaque du cheval augmente entraînant une accélération de la circulation sanguine dans les muscles. Le cerveau fonctionne plus rapidement, l’ouïe et la vue sont en alerte.

P Raia, The Horse, 2009. 

Un stress excessif à l’origine de la nervosité

Nous demandons au cheval de véritables efforts d’adaptation : confine­ment en box, assujettissement à un type et à un comportement alimen­taires, soumission au travail, transports, compétitions… Ce mode de vie peut entraîner un stress excessif voire des comportements d’excitation. La nervosité peut se manifester par de l’impulsivité et de l’imprévisibilité difficile à gérer par le cavalier et conduire à des situations dangereuses.

R Geor, The Horse, 2002.

Troubles du comportement et physiologie perturbée

Manque de concentration au travail, into­lérance à l’effort, impulsivité, hypervigi­lance, muscles contractés, sudation plus importante sont des signes pouvant être observés chez les chevaux nerveux. On constate une perte d’appétit, une fragilisa­tion du système immunitaire entraînant une plus grande sensibilité aux maladies, des problèmes de veille et de sommeil.

ST Healther, The Horse, 2004.

Stress et troubles digestifs

Qu’elle qu’en soit l’origine, le stress modi­fie les fonctions digestives. Ainsi, ce stress est susceptible de perturber le transit digestif par une diminution du transit et une diminution des enzymes digestives induisant la prolifération de bactéries pathogènes. Il peut en résulter des diar­rhées, une déshydratation, ainsi que des déséquilibres électrolytiques favorisant l’apparition de coliques.

PD McGreevy, AJF Webster, CJ Nicol.

The Veterinary Record, 2001.

R Wolter, L’alimentation du cheval, 1999.

Nervosité et ulcères gastriques

Une étude a été menée sur 50 chevaux soumis à des situations de stress.

58 % de ces chevaux avaient des ulcères gastriques. Il a été établi que le risque de développer des ulcères serait plus impor­tant chez les chevaux nerveux que chez les chevaux d’un tempérament particuliè­rement calme.

SR McClure, LT Glickman, Glickman NW, Journal of American Journal of the American Veterinary Medical Association, 1999.

Influence de l’alimentation sur le comportement

La quantité d’amidon influence le compor­tement du cheval. Les chercheurs ont mis en évidence qu’une diminution du niveau d’excitabilité des chevaux est associée à une diminution du niveau d’amidon dans leur ration. En réduisant la part des céréales, le niveau d'amidon est par conséquent également abaissé dans la ration.

R Geor, The Horse, 2001.

EM McKenzie, SJ Valberg, SM Godden, JD Pagan, JM MacLeay, RJ Geor, GP Carlson, Journal of Veterinary Internal Medicine,2003.

AJ Redondo, J Carranza, P Trigo, Applied Animal Behaviour Science, 2009.

En résumé

  1. En situation de stress, le cheval a l’instinct de prendre la fuite.
  2. Compétition, transport, confinement au box…exposent le cheval à de nombreux stress.
  3. Un stress excessif, à l’origine de la nervosité, peut conduire à des situations dangereuses pour le cheval et le cavalier.
  4. La nervosité du cheval entraîne des troubles du comportement.

Le stress peut provoquer des perturbations physiologiques :

  • Contraction des muscles

  • Sudation plus importante

  • Fragilisation du système immunitaire

  • Troubles digestifs

  • Ulcères gastriques

Le comportement des chevaux nerveux est influencé par leur alimentation.

Close