Close

Conseils d'experts

Derniers Posts

Recommandations du Dr Thierry Grisard
« Pour améliorer l’efficacité du traitement et prévenir les récidives, il est impératif de mettre en place un...
le juin 10, 2019 | par Dr Thierry Grisard
Etude scientifique confort digestif
Les chevaux en travail intense sont particulièrement exposés aux risques d’ulcères gastriques.
le juin 10, 2019 | par Équipe Lambey
Recommandations du Dr Emmanuelle Van Erck
« Plus l'organisme est protégé par des anti-oxydants, plus le cheval sera armé contre les effets néfastes des...
le juin 9, 2019 | par Dr Emmanuelle Van Erck

Maintenir le poids idéal

Posté le: mai 14, 2019 | Auteur: Équipe Lambey | Catégories: Préparation à l’effort

Ajuster le poids pour assurer la performance.

Maintenir le poids idéal

Le poids vif et l’état d’engraissement, indicateurs de performance

L’énergie apparaît comme le facteur nutritionnel le plus influencé par le travail. Le suivi du poids vif et de l’état d’engraissement est un bon moyen de vérifier que le cheval reçoit suffisamment d’énergie dans la ration.
Un excès d’énergie est à l’origine d’une augmentation du dépôt de graisse, ce qui est défavorable pour la performance sportive. Une étude sur des chevaux d’endurance a montré que les animaux ayant 6.5% de gras corporel avaient plus de chance de terminer une course de 150 miles sur deux jours que ceux en ayant 11%.

Cependant, un apport insuffisant ne permet pas non plus de maximiser les performances. En effet, il a été montré qu’il existait une forte ration positive entre le poids vif des chevaux de course et leurs performances sportives. Le poids idéal d’un cheval pourrait varier de plus ou moins 1.5% du poids vif, ce qui correspond à plus ou moins 7.5kg pour un cheval de 500 kg. Des données récoltées sur 565 chevaux de course japonais ont montré que la variation moyenne du poids vif entre deux courses successives était de plus de 0.5kg. 95% de ces chevaux ont subi des variations inférieures à 10kg.

Hintz, 1994, Journal of Nutrition, supplément n°12

Les matières grasses pour augmenter la quantité d’énergie de la ration en toute sécurité

Les besoins en énergie du cheval entraîné intensivement sont doublés par rapport à un cheval qui ne travaille pas. Pour éviter une perte de poids préjudiciable, il faut renforcer l’apport énergétique de la ration. Augmenter la quantité de céréales distribuées peut être une solution. Cependant, ceci n’est pas sans risque au-delà d’un certain seuil ; En effet, un apport excessif d’amidon peut être à l’origine de troubles au niveau du gros intestin. Les matières grasses apparaissent alors comme un moyen sûr de fournir l’énergie nécessaire pour compléter les rations de base. Elles ont l’avantage d’être facilement digérées, d’éviter les troubles digestifs et sont deux fois plus énergétiques que l’amidon.

David, 1999, Cheval santé

Comment estimer le poids de son cheval

Des formules très simples d’emploi existent pour évaluer le poids vif des chevaux au travail. Le système français (Martin-Rosset, 1990) donne : Poids vif (kg)= 4.3PT+3HG-785  avec une précision de plus ou moins 26kg. Cependant une formule américaine (Carroll et Huntington, 1988) donne : Poids vif (kg)= PTx PTx L (cm) 11877. La combinaison de ces deux éléments serait très bien corrélée avec le poids vif (r= 0.90) Pour les chevaux en croissance (6 mois à 4 ans), Martin Rosset donne : Poids vif (kg)= 4.5 PT- 370

Caroll C.L. et P.J. Huntington, 1988, Equine Veterinary Journal, p41
Martin Rosset W., 1990, L’alimentation des chevaux, p50.

Echelle d'évaluation de l'état corporel

Un moyen rapide de vérifier l’ajustement de la ration 

6 endroits à palper pour vérifier la présence de dépôts adipeux :

  • Encolure
  • Derrière les épaules
  • Côtes
  • Garrot
  • Arrière du dos
  • Base de la queue

L’échelle va de 1 (cheval émacié) à 9 (cheval obèse).

Score 5= cheval en état

Les côtes ne sont pas visibles distinctement mais sont facilement discernées au toucher. Le gras de la base de la queue commence à devenir légèrement mou. Le garrot paraît arrondi. Les épaules et l’encolure ne semblent pas détachées du corps.

Henneke et al, 1983, Equine Veterinary Journal

Quel score, pour quel cheval ?

Sur l’échelle d’évaluation de l’état corporel allant de 1 à 9, un score de 5 est généralement le but à atteindre. A ce score, le cheval a suffisamment de réserve pour faire face aux différents stress qu’il rencontre. Ce serait plutôt 4-5 pour les chevaux d’endurance et de concours complet, 4-6 pour les   pour les trotteurs et 5-7 pour les galopeurs et les chevaux de concours hippique. En dessous de 4, le cheval na pas assez de réserves énergétiques pour être au maximum de ses performances.
Geor, Novembre 2001, The Horse

Complément nutritionnel énergétique pour chevaux de compétition et de course

Master King est destiné aux chevaux de course et de sport soumis à des efforts physiques intenses et prolongés.

  • Pour répondre aux dépenses énergétiques rapidement exigées par l’organisme.
  • Pour améliorer la vitesse de récupération après l’effort.
  • Pour maintenir un état corporel optimum.

En résumé

Surveiller le poids et l’état corporel c’est vérifier le bon ajustement de la ration.

Les galopeurs et les chevaux de CSO supportent plus facilement un léger excès de poids que les chevaux d’endurance et les trotteurs.

Les matières grasses sont un bon moyen de fournir plus d’énergie à un cheval qui travaille et cela en toute sécurité.

Close