Close

Conseils d'experts

Derniers Posts

Manque d’énergie au travail ? Et s’il avait de l’asthme ?
Votre cheval tousse ? Manque d'énergie au travail ? Il souffre peut-être d'asthme. Voici nos conseils pour gérer son...
le févr. 17, 2022 | par Equipe Lambey
Importance de la vitamine E dans l’alimentation du cheval 
Pourquoi est-il important d'apporter des quantités adéquates de vitamine E dans l'alimentation du cheval ? 
le févr. 8, 2022 | par Equipe Lambey
Maladies métaboliques, myosites et gestion du foin
Tout ce qu'il faut savoir sur la gestion du foin mouillé : durée de trempage, diminution du taux de sucres...
le janv. 27, 2022 | par Margaux Vernant

L’amidon : idées reçues VS réalité

Posté le: juil. 15, 2021 | Auteur: Équipe Lambey | Catégories: Digestion

Qu'est-ce que l'amidon ? A quoi sert -il ? Présente-t-il un danger dans l'alimentation du cheval ? Ce sont toutes ces questions auxquelles nous avons souhaité répondre.

L’amidon : idées reçues VS réalité

A travers cette vidéo, nous abordons le sujet de l’amidon : qu'est-ce qu’est vraiment l’amidon ? A quoi sert-il ? Comment il doit être ou justement, ne pas être utilisé ?

Pour commencer, il faut savoir que le cheval a besoin de 3 types de nutriments pour vivre :

  • Les protides (=les protéines)
  • Les lipides (=la matière grasse)
  • Les glucides qui représentent une bonne source d’énergie pour le cheval. On distingue 2 catégories :

- Les glucides structuraux, comme la cellulose qui se retrouve dans les fibres (herbe/foin).

- Les glucides non structuraux dont fait partie l’amidon (=enchaînement de plusieurs molécules de glucose liées entre elles) et que l’on trouve essentiellement dans les céréales. 

L'amidon, source principale d'énergie pour un cheval au travail

L’amidon est une source essentielle d’énergie pour le cheval de sport. Lors de la digestion, il va être réduit en plusieurs molécules de glucose. Tout comme chez l’homme, le cheval a besoin d’un carburant pour réaliser un effort physique. Ce carburant correspond au glucose, qu’il va puiser dans un premier temps dans le sang et dans un second temps dans les réserves en glycogène des cellules musculaires. Il est donc primordial d’avoir de bonnes réserves en glycogène pour un cheval qui est au travail.
Des équipes américaines du KER (Kentucky Equine Research) ont fait des recherches sur le sujet. Ils ont étudié les réserves en glycogène musculaire des chevaux au travail nourris avec des régimes forts, modérés ou faibles en amidon.
Les résultats ont montré un épuisement plus important pour les chevaux qui étaient nourris avec des régimes faibles en amidon. Un cheval au travail qui aurait donc une ration trop faible en amidon va être épuisé plus rapidement et aura donc besoin de plus de temps pour récupérer après un effort physique.

L'amidon est-il dangereux pour le cheval ?

Il faut savoir que l’amidon est tout à fait digestible naturellement par le cheval : sa flore gastro-intestinale est dotée de micro-organismes chargés de la digestion de l'amidon. Cependant, ce sont les excès qui peuvent causer des troubles gastro-intestinaux comme des coliques, des diarrhées ou même des ulcères gastriques. En fait, tout comme chez l’homme, le sucre en tant que tel n’est pas mauvais mais ce sont les excès qui sont préjudiciables. Comme le dit le célèbre dicton « c’est la dose qui fait le poison ».

Des recommandations maximales ont été établies par des scientifiques. Elles sont de 2g d’amidon par kg de poids corporel par repas pour des chevaux qui n’ont pas de sensibilité gastrique particulière. C’est-à-dire 1 kg d’amidon par repas pour un cheval de 500 kg. Ces recommandations sont diminuées à 1 g d’amidon par kg de poids corporel par repas pour des chevaux qui ont justement des sensibilités gastriques, comme les ulcères gastriques. 

Plus concrètement, la quantité d’amidon à ne pas dépasser dépend de l’aliment que vous donnez. Par exemple, si vous donnez 1 kg d’orge à votre cheval, vous allez largement dépasser cette recommandation (car l'orge possède un taux d'amidon à 60% environ). Ce qui n’est pas le cas pour un aliment dont la teneur en amidon est inférieure à 20%.

En pratique, fractionner la ration sur plusieurs repas permet de diminuer l’apport d’amidon par repas à son cheval.

La présentation de l’aliment a également une importance et peut permettre d’augmenter la digestibilité de l’amidon. Par exemple, dans la forme floconnée dans laquelle les céréales sont cuites, l’amidon est plus digeste pour le cheval.

Enfin, des aliments sans amidon existent, ils s’adressent à des chevaux présentant des pathologies particulières (comme la maladie de Cushing, le Syndrome Métabolique Equin ou encore les myosites/coups de sang) ou des chevaux sujets à l'excitation. Dans ces aliments, la source d’énergie à privilégier sera la matière grasse.

Vous avez des questions ? N'hésitez pas à contacter notre équipe d'ingénieurs nutritionnistes au 03 85 72 27 63. 

Close