Close

Conseils d'experts

Derniers Posts

Recommandations du Dr Thierry Grisard
« Pour améliorer l’efficacité du traitement et prévenir les récidives, il est impératif de mettre en place un...
le juin 10, 2019 | par Dr Thierry Grisard
Etude scientifique confort digestif
Les chevaux en travail intense sont particulièrement exposés aux risques d’ulcères gastriques.
le juin 10, 2019 | par Équipe Lambey
Recommandations du Dr Emmanuelle Van Erck
« Plus l'organisme est protégé par des anti-oxydants, plus le cheval sera armé contre les effets néfastes des...
le juin 9, 2019 | par Dr Emmanuelle Van Erck

Recommandations du Dr Julie Dauvillier

Posté le: juin 7, 2019 | Auteur: Dr Julie Dauvillier | Catégories: Préparation à l’effort

« You can lead a horse to water but you can't make it drink. » *

Recommandations du Dr Julie Dauvillier

Thermorégulation: spécificités du cheval

La production d’un effort physique par le cheval produit de la chaleur qui doit être évacuée afin d’éviter une augmentation de la température corporelle au-delà de ce qui est compatible avec la poursuite de l’exercice physique. Le moyen le plus efficace de dissiper cette chaleur est la sudation et l’évaporation de la sueur. Le cheval possède un système de sudation très développé et la particularité de produire une sueur hypertonique c’est-à-dire plus concentrée en électrolytes que son propre sang. Lors d’exercices intenses, en particulier par forte chaleur, le cheval perd donc à la fois de grandes quantités d’eau (jusqu’à 12L par heure) et proportionnellement des quantités encore plus grandes d’électrolytes. Ces pertes doivent impérativement être compensées par un apport en eau et en électrolytes, d’une part pour pouvoir poursuivre l’effort physique lors d’épreuves longues (endurance) et d’autre part pour pouvoir participer et être performant lors d’épreuves les jours suivants.

Hydratation et performance

L’état d’hydratation et l’équilibre électrolytique jouent en effet un rôle primordial dans la performance.

Une hydratation correcte permet au cheval d’irriguer correctement à la fois :

    1.  ses organes vitaux (cerveau)
    2.  ses muscles, acteurs majeurs de la performance
    3.  sa peau, pour permettre l’évacuation de chaleur par la sudation.

Les électrolytes, quant à eux, jouent un rôle primordial dans d’innombrables fonctions vitales telles que la transmission des messages nerveux, la contraction cardiaque ou encore la contraction musculaire.

Il est donc essentiel, dans la recherche de la performance, d’assurer un état d’hydratation et un équilibre électrolytique correct au cheval de sport avant chaque épreuve.

Quels chevaux sont concernés ?

Les cavaliers d’endurance sont sensibilisés à ce problème et mettent en place des protocoles pour assurer réhydratation et apports en électrolytes à leur cheval pendant et après une épreuve. Les cavaliers de complet et de CSO sont moins sensibilisés à cette problématique. La question de la réhydratation se pose pourtant de façon systématique chez les chevaux de concours complet, en particulier chez ceux participant à des CCI dans lesquels l’épreuve d’obstacle se déroule le lendemain du cross. Pour les chevaux de CSO, la récupération est primordiale lors des épreuves se déroulant sur plusieurs jours, en particulier quand elles ont lieu sous un climat chaud (Doha, Mexico ..), propice à une sudation importante et auquel les chevaux européens ne sont pas habitués. A cela s’ajoutent souvent de longs transports propices à une déshydratation qu’il convient de corriger avant le début des épreuves.

-

Que faire ?

Afin d’assurer un bon état d’hydratation au cheval en épreuve, deux points sont essentiels :

    1. Au quotidien, choisir un aliment de qualité spécialement adapté au cheval de sport de haut niveau apportant des minéraux en quantité adéquate.  Au besoin, un complément électrolytique peut être ajouté à la ration en cas d’entrainement intensif ou lors de fortes chaleurs provoquant une sudation importante durant l’entrainement.
    2. Prévoir un protocole de réhydratation / complémentation en électrolytes pour les situations particulières le nécessitant (longs transports, compétitions sur plusieurs jours, séjour en climat chaud, récupération post-cross..). Idéalement, celui-ci doit avoir été testé à la maison pour être sûr que le cheval l’accepte.

-

Réhydratation et apports en électrolytes : ce que dit la science

Différentes études montrent que l’administration d’une solution isotonique (avec des électrolytes) après un épisode de déshydratation permet un rétablissement plus rapide de la volémie que l’administration d’eau pure. A l’inverse, il est dangereux de laisser boire beaucoup d’eau pure à un cheval ayant perdu beaucoup d’électrolytes (de sodium en particulier), car il risque de développer un œdème cérébral entrainant un coma. Par ailleurs, chez L’Homme, les ions sont mieux absorbés par l’intestin lorsqu’ils sont accompagnés de glucose (sucre).

« You can lead a horse to water but you can't make it drink. » *

Ce proverbe anglais résume bien les limites de la réhydratation chez le cheval. Par ailleurs, un réflexe partagé par de nombreuses espèces animales entraine la suppression de la sensation de soif lorsqu’un liquide froid et hypotonique (comme de l’eau pure) passe dans la bouche lors d’un effort physique. Ceci était probablement un mécanisme adaptatif évitant aux individus de s’arrêter pour boire tandis qu’ils fuyaient un prédateur. Ce réflexe, qui peut persister plusieurs heures après un effort, est un handicap sévère dans la gestion de la déshydratation.

-

Quelles solutions ?

Pour stimuler son cheval à boire :

    • Habituer son cheval à boire après l’effort à l’entrainement
    • Emporter sa propre eau quand c’est possible car les chevaux sont très sensibles au goût de l’eau
    • Rajouter du jus de pomme dans l’eau afin de stimuler la boisson et masquer certains arrière-goûts
    • Proposer de l’eau tiède en post-effort immédiat

Pour corriger les pertes en électrolytes :

  • Les pâtes concentrées en électrolytes, bien que pratiques à administrer, sont agressives pour la muqueuse gastrique en raison de leur forte concentration.
  • Diluer une solution électrolytique spécialement conçue dans l’eau de boisson permet de stimuler la prise de boisson tout en apportant les minéraux nécessaires. Il est recommandé de tester le produit à la maison avant le jour J.
  • Distribuer un complément appétant apportant les électrolytes associés à du sucre et stimulant la prise de boisson.


* « On peut conduire un cheval à l'abreuvoir, mais non le forcer à boire. »

Close